Quel est le Rôle de l’Auxiliaire de Puériculture ?

L’auxiliaire de puériculture est un professionnel de la santé qui s’occupe des enfants de la naissance à l’adolescence. Il intervient dans les domaines de la prévention, de l’éducation, du soin et du bien-être des enfants. Il travaille en collaboration avec d’autres professionnels, tels que les médecins, les infirmiers, les éducateurs ou les enseignants.

Voici les points clés à retenir sur le rôle de l’auxiliaire de puériculture :

  • Il assure l’accueil, l’hygiène, le confort, la sécurité et le développement des enfants.
  • Il participe aux activités d’éveil, de loisir, d’apprentissage et de socialisation des enfants.
  • Il observe et évalue le développement physique, psychomoteur, affectif et cognitif des enfants.
  • Il transmet ses observations et ses informations aux parents et aux autres professionnels.
  • Il respecte les besoins, les rythmes, les habitudes et les cultures des enfants et de leurs familles.
  • Il adapte son intervention en fonction de l’âge, du handicap, de la maladie ou de la situation des enfants.

Quelles sont les compétences requises pour être auxiliaire de puériculture ?

Pour exercer le métier d’auxiliaire de puériculture, il faut posséder certaines compétences, telles que :

  • Avoir le sens du contact, de l’écoute et du dialogue avec les enfants et leurs parents.
  • Faire preuve de patience, de douceur, d’empathie et de bienveillance envers les enfants.
  • Savoir travailler en équipe et en réseau avec les autres professionnels.
  • Avoir des connaissances en anatomie, en physiologie, en psychologie et en pédagogie de l’enfant.
  • Maîtriser les techniques de soin, d’hygiène, de prévention et d’éducation à la santé des enfants.
  • Savoir organiser et animer des activités adaptées aux besoins et aux intérêts des enfants.
  • Savoir observer et analyser le comportement et le développement des enfants.
  • Savoir réagir face aux situations d’urgence ou de détresse des enfants.

Quelle est la formation pour devenir auxiliaire de puériculture ?

Pour accéder au métier d’auxiliaire de puériculture, il faut être titulaire du diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP). Ce diplôme se prépare en un an dans un institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP). Il faut avoir au moins 17 ans pour s’y inscrire. Il existe deux modes d’accès à la formation :

  • Par la voie scolaire : il faut passer un concours d’entrée qui comprend une épreuve écrite (culture générale, biologie et mathématiques) et une épreuve orale (entretien avec un jury). Le concours est ouvert aux candidats ayant au moins un diplôme de niveau 3 (CAP petite enfance, BEP sanitaire et social, etc.) ou ayant suivi une classe préparatoire au concours.
  • Par la voie professionnelle : il faut avoir au moins trois ans d’expérience professionnelle dans le secteur sanitaire ou social. Dans ce cas, il n’y a pas de concours d’entrée, mais il faut passer une épreuve écrite (culture générale) et une épreuve orale (entretien avec un jury).

La formation se compose de 41 semaines réparties entre 17 semaines de cours théoriques et 24 semaines de stages pratiques. Les cours théoriques portent sur huit domaines :

  • Accompagnement d’un enfant dans les activités d’éveil et de la vie quotidienne
  • État clinique d’une personne
  • Soins à l’enfant
  • Ergonomie
  • Relation – communication
  • Hygiène des locaux
  • Transmission des informations
  • Organisation du travail

Les stages pratiques se déroulent dans différents lieux d’accueil des enfants :

  • Maternité
  • Néonatologie
  • Pédiatrie
  • Crèche
  • Halte-garderie
  • Centre de loisirs
  • École maternelle

La validation du diplôme se fait par l’obtention de huit unités de compétences correspondant aux domaines de formation. Chaque unité de compétence est évaluée par une épreuve écrite, une épreuve pratique ou une épreuve orale.

Quelles sont les perspectives d’emploi et d’évolution pour les auxiliaires de puériculture ?

Les auxiliaires de puériculture peuvent exercer leur métier dans différents secteurs :

  • Le secteur hospitalier : ils travaillent dans les services de maternité, de néonatologie, de pédiatrie, de réanimation pédiatrique, etc.
  • Le secteur médico-social : ils travaillent dans les crèches, les haltes-garderies, les centres de protection maternelle et infantile (PMI), les centres médico-psychologiques (CMP), etc.
  • Le secteur éducatif : ils travaillent dans les écoles maternelles, les centres de loisirs, les maisons d’enfants à caractère social (MECS), etc.

Les auxiliaires de puériculture peuvent également exercer leur métier à domicile, en tant que salariés ou indépendants. Ils interviennent alors auprès des familles qui ont besoin d’un soutien pour la garde ou l’éducation de leurs enfants.

Les auxiliaires de puériculture peuvent évoluer dans leur carrière en se spécialisant dans un domaine particulier (handicap, maladie chronique, etc.) ou en se formant à d’autres métiers du secteur sanitaire ou social. Par exemple, ils peuvent préparer le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants (DEEJE), le diplôme d’État d’infirmier (DEI) ou le diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS).

Foire aux questions (FAQ)

Q : Quel est le salaire moyen d’un auxiliaire de puériculture ?

R : Le salaire moyen d’un auxiliaire de puériculture est d’environ 1 600 euros brut par mois. Il varie selon le secteur, le lieu et l’ancienneté. Il peut être plus élevé dans le secteur privé ou à domicile.

Q : Quelles sont les qualités requises pour être auxiliaire de puériculture ?

R : Les qualités requises pour être auxiliaire de puériculture sont :

  • Aimer les enfants et avoir le sens des responsabilités
  • Être dynamique, créatif et réactif
  • Avoir le sens du relationnel et du travail en équipe
  • Savoir s’adapter aux situations et aux besoins des enfants et des familles
  • Respecter les règles d’hygiène, de sécurité et de déontologie

Q : Quels sont les avantages et les inconvénients du métier d’auxiliaire de puériculture ?

R : Les avantages du métier d’auxiliaire de puériculture sont :

  • La diversité des missions et des lieux d’exercice
  • Le contact humain et la satisfaction de contribuer au bien-être des enfants
  • La possibilité d’évolution professionnelle et de formation continue

Les inconvénients du métier d’auxiliaire de puériculture sont :

  • La charge physique et émotionnelle du travail
  • Les horaires irréguliers et parfois décalés
  • Le salaire relativement bas par rapport au niveau de qualification

Suggestions de Lecture:

Publications similaires